Arts

  • La démarche
  • Heipuaiti
  • Maïa

 

Comme vous pouvez le lire dans la partie Scénographie, la Scénographie est une proposition artistique, peu importe l’espace dans lequel elle est appliquée.

Étant un art de la conception de l’espace, il est normal de retrouver des artistes pour la réalisation des projets. Nous choisissons de travailler avec des professionnels et professionnelles qui partagent notre démarche. Les créations que ces artistes proposeront et les techniques utilisées seront complémentaires entre elles, et complémentaires à la Scénographie.

Aujourd’hui, deux artistes ont rejoint l’aventure et nous les en remercions. Vous verrez leur nombre s’enrichir au fur et à mesure des mois et de l’avancée du projet.

On vous laisse aller découvrir leurs portraits 😉

Heipuaiti

Mes matériaux & techniques

Dans ma pratique, j’ai choisi de travailler le papier, l’aquarelle et le liège pour deux raisons : 1. ces matériaux sont 100 % naturels et écoresponsables (il suffit de bien les choisir) ; 2. grâce à leurs compositions, ces matériaux ont leurs propres manières de « vivre », on ne fait pas ce qu’on en veut tout le temps.

Les techniques que j’utilise sont la découpe au cutter de précision (aussi appelé « scalpel »), l’aquarelle (de manière non conventionnelle ou figurative) et le collage (très utile pour assembler les éléments).

Pourquoi ces choix ?

La découpe au cutter me permet d’être précise et minutieuse.

Le papier que je choisis est assez épais, m’ajoutant ainsi un beau défi (j’aime les défis), car plus le papier est épais, moins il coopère. Selon sa composition, coton, cellulose ou bambou par exemple, il sera plus ou moins friable, résistant aux lames ou abrasif. Le liège fonctionne de la même manière.

L’aquarelle, quant à elle, selon la nature de ses pigments, l’humidification du papier, la quantité d’eau dans laquelle elle est placée ou les pinceaux utilisés, m’intéresse pour sa capacité à se déposer aléatoirement sur le papier. Ce que je recherche est le mouvement, le geste, l’ambiance.

Ma démarche « zéro déchet »

Outre ma recherche de matériaux écoresponsables et naturels, j’essaie d’avoir une démarche la plus « zéro déchet » possible. Lorsque je n’utilise plus quelque chose, je le vends (si cela en vaut la peine) ou le donne (à des personnes ou à des associations), sinon, je le réutilise. Je ne jette ou mets à recycler que ce qui ne peut plus servir du tout. Le papier que je ne peux plus utiliser tel quel finit dans un grand panier à linge dédié avec lequel je referai du papier lorsque j’en aurai suffisamment pour une tournée complète.

J’essaie, lorsque ce n’est pas dangereux comme avec les lames de cutter, d’utiliser mon matériel jusqu’à son épuisement avant d’en racheter. Lorsque je dois racheter de nouveaux objets ou éléments, je mets plusieurs semaines (parfois plusieurs mois) pour me décider : en ai-je vraiment besoin ? Est-ce adapté ? Est-ce suffisamment responsable d’acquérir cet objet (de la fabrication au lieu d’achat, en passant par l’emballage ou les modes de livraisons) ? N’y a-t-il pas plus responsable ailleurs ?

Entre nous, même si j’achète parfois pour le plaisir (comme tout le monde), je fais autant attention que possible à ce que j’achète : c’est pour moi un geste envers le vivant et le minéral, envers la nature qui nous entoure.

Mon book

Maïa

Mon nom d’artiste est Maïa, je l’ai choisi naturellement. Je l’ai adopté depuis mon enfance. Il représente beaucoup de chose pour moi. Elle renvoie d’une part, à l’amour que je porte pour l’Histoire, les civilisations anciennes, à la mythologie gréco-romaine et d’autre part, à la nature. Maïa est le prénom de la déesse romaine de la fertilité et du printemps. Elle est d’ailleurs présente dans la mythologie primitive de Rome. Elle symbolise la croissance des végétaux et se rapporte au mois de mai. C’est pourquoi dans mes productions, j’honore ce joli prénom tout en rendant hommage à la nature et à la femme.

Je pratique au quotidien l’aquarelle, le dessin au crayon et le digital art. J’aime par-dessus tout mêler ces trois médiums en une même création. Mon moteur au quotidien est de me dépasser et aller au-delà de mes compétences. Je ne reste pas dans mon confort, je pousse ma pratique à développer des techniques déjà acquises et j’en découvre de nouvelles que j’améliore au quotidien.

L’art de manière général fait partie de mon quotidien depuis ma plus tendre enfance. J’ai un appétit sans fin le concernant. Je m’intéresse à toutes formes de pratiques artistiques. Au fil des années, mes pratiques se sont spécialisées vers le dessin au crayon, la peinture (acrylique & aquarelle) et le digital art. J’apprécie tout particulièrement ces médias pour leur liberté dans la gestuelle, leurs multiples possibilités de créations, le dépassement de soi et leurs challenges quotidiens.

Dans mon travail, je mêle des références iconographiques issues des différentes mythologies qui me parlent et dans lesquelles je me reconnais. À ces références, j’ajoute dans chaque création un morceau de la nature. C’est elle qui nous maintient en vie jusqu’à ce qu’elle décide de rompre le lien qui nous unit. C’est pourquoi il est important, pour ma part, de l’honorer et de lui rendre hommage à chaque instant de nos vies donc dans chaque création. Sans elle, nous ne sommes plus personne.

L’art a été thérapeutique dans mon enfance et encore aujourd’hui, c’est pourquoi je lui rends hommage au quotidien en essayant de transmettre les atouts ainsi que les valeurs de la pratique artistique et culturelle. L’art est accessible à tous, il n’y a pas de prérequis, juste la curiosité et l’envie de créer. Il apporte calme, douceur et égaie nos quotidiens !

C’est pour cette raison que ça été une évidence pour moi de faire partie de cette folle aventure humaine, et en plus, de la partager avec mon amie la plus proche !

une envie, un projet, des questions ?

La prise de contact est libre et gratuite

Newsletter

Pour s'inscrire à la newsletter, c'est ici 👇

    ×
    ×

    Panier